Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2017 3 04 /10 /octobre /2017 01:14

 

...le Poverello de Dieu

 

Une jeunesse trépidante

Fils aîné d'une riche famille marchande, en Ombrie, François est né à Assise en 1181 ou 1182. Il est un des sept

enfants de Pietro Bernadone dei Moriconi, très riche drapier  et de Dona Joanna Pica de Bourlémont, femme pieuse issue de la noblesse provençale. À sa naissance, alors que son père est en France pour négocier draps et étoffes dans les foires de Provence et de Champagne, sa mère le fait baptiser sous le nom de Giovanni (Jean). De retour de son voyage en France où il a fait de très bonnes affaires et en hommage à ce pays, son père, lui donne le nom de Francesco (François, c'est-à-dire "le Français"), qu’il gardera et par lequel il sera mondialement connu.

 

 

Francesco vit une jeunesse dissipée marquée par les aspirations de son époque. Aimant la geste des troubadours, il aimait à entonner des chansons provençales., Batailleurs,  il fait la guerre à la noblesse d'Assise et de Pérouse à l'époque des révoltes communales, ce qui lui vaudra un an d'emprisonnement. Malade durant sa captivité, il est libéré à prix d’argent grâce à son père et doit, après son retour à Assise, calmer ses ardeurs.

 

 

Sa conversion

Alors qu'il rêve toujours d'acquérir le rang de noblesse par de hauts faits d'armes et d'être adoubé chevalier, il s'apprête à rejoindre l'armée mais un songe lui fait abandonner ce projet. De retour à Assise, il abandonne peu à peu son style de vie et ses compagnons de fête et fréquente de plus en plus souvent les chapelles.

En 1205, alors qu'il a 23 ans, il est en prière devant le crucifix dela chapelle San-Damiano. Francesco entend une voix lui demandant de « réparer son Église en ruine »Prenant l'ordre au pied de la lettre, il se rend à la ville voisine y vendre des marchandises du commerce de son père pour pouvoir restaurer la vieille chapelle délabrée. Il dépense également beaucoup d'argent en aumônes.

Furieux des excentricités de son fils, Pietro Bernardone exige qu'il lui rende des comptes et l'assigne en justice pour le déshériter. À l'issue de ce procès au tribunal de l'évêque d'Assise, Francesco rompt la relation avec son père en lui laissant, symboliquement, ses habits. Francesco, se réclamant d'un statut de pénitent qui le fait échapper à la justice laïque, sera alors convoqué par l'évêque d'Assise. Lors de son audition sur la place d'Assise, au printemps 1206, François rend alors l'argent qui lui reste, ainsi que ses vêtements et se retrouvant nu, il dit à son père et à la foule rassemblée :

« Jusqu'ici je t'ai appelé père sur la terre ;

désormais je peux dire : "Notre Père qui êtes aux cieux",

puisque c'est à Lui que j'ai confié mon trésor et donné ma foi. »

L'évêque d'Assise, l'enveloppant de sa cape, couvre sa nudité, non par pudeur, ce geste signifiant que l'Église le prend sous sa protectionFrançois part pour Gubbio. Revenant à Assise vers l'été 1206, il mendie pour obtenir de la population des pierres nécessaires à la reconstruction et restaure successivement différentes chapelles.

 

La fondation

Il décide alors d'« épouser Dame Pauvreté », se consacrant à la prédication et gagnant son pain par le travail manuel ou l'aumône. Il change son habit d'ermite pour une tunique simple. La corde remplace sa ceinture de cuir. Par son charisme et son amour de la pauvreté, François fait des émules et se retrouve très vite à la tête d'une petite communauté.

En 1210, le pape Innocent III, qui l'a vu en rêve soutenant la basilique Saint-Jean-de-Latran, cathédrale de Rome en ruines, valide verbalement la première règle rédigée par François régissant la fraternité naissante.

En 1212 il accueille Claire parmi les siens et fonde avec elle l'Ordre des pauvres dames appelées plus tard « sœurs Clarisses » en référence à leur sainte patronne.

Rapidement, l'ordre fondé par François est dépassé par son succès et s'organise contre les vœux du fondateur, si bien que François abdique en 1220 et confie la direction de l'ordre à Pierre de Catane.

 

Les stigmates et la fin

En août 1224, François se retire avec quelques frères au monastère de l'Alverne. Le 17 septembre, il reçoit les stigmates. Dès lors, il se réfugie dans une hutte près de la chapelle San-Damiano, où il avait commencé son itinéraire spirituel et où vit la communauté des sœurs pauvres inaugurée par Claire.

Il meurt le 3 octobre 1226 dans la chapelle du Transito. Il laisse un testament où il professe son attachement à la pauvreté évangélique et à la Règle. À sa mort, l'ordre franciscain compte de 3000 à 5000 frères.

 

 

 

La fête de saint François nous donne l'occasion de prier une fois encore pour notre cher Pape François.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Paroisse de Savigné-l'Evêque