Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 septembre 2016 4 01 /09 /septembre /2016 00:18

 

... pour le diocèse du Mans

 

Quelques changements pour les services diocésains du Mans :

La Maison Saint-Julien, bâtie sur le site du Centre de l'Etoile, sera inaugurée dimanche prochain, 4 septembre : cliquez ICI

 

A cette occasion, le logo du diocèse change !

 

 

Il représente saint Julien, premier évêque du Mans,

plantant son bâton en terre pour faire jaillir une source,

sauvant ainsi les habitants du Mans.

 

Quant à la couleur orangeelle rappelle la couleur de la muraille mancelle.

Repost 0
Published by Paroisse de Savigné-l'Evêque
29 août 2016 1 29 /08 /août /2016 08:57

 

Quelques heures pour souffler avec le Seigneur...

...avant la rentrée des classes !

 

 

Six jeunes de nos paroisses sont partis

avec l'abbé Gaëtan et Béatrice

pour se préparer à la confirmation

qu'ils recevront le 12 novembre prochain

à la cathédrale Saint-Julien.

 

Le sanctuaire marial de ND-du-Chêne

se prête merveilleusement

à ces jours de retraite et de reflexion !

 

"Être confirmé, ça change quoi ?"

 

Enseignements, jeux, temps de prières,

balades dans la lande de Vion se sont succédés,

sans oublier les repas, moment de convivialité et de joie !

 

  

 

Le lundi, après un topo de l'abbé sur le témoignage de saint Jean-Baptiste

(dont c'est la fête aujourd'hui : cf. ICI)

il a fallu s'attaquer au gros morceau de notre retraite :

la rédaction de la lettre à Mgr Le Saux

pour lui demander de bien vouloir nous conférer le sacrement de confirmation :

Puis, après le déjeuner, ce fut la visite de l'abbatiale de Solesmes...

 

 

 

...et de la chapelle de Notre-Dame-du-nid, si touchante,

où nous n'avons pas manqué de prier pour nos familles et nos proches.

 

 

 

La BG attitude...

 

Puis retour au sanctuaire

pour un temps d'adoration

devant le Saint-Sacrement

et de confession

afin de recevoir l'indulgence plénière.

 

Et -le meilleur pour la fin-

nous avons terminé par la Messe

à la basilique de ND-du-Chêne

avant de repartir à la maison.

 

  

 

Merci aux frères de Saint-Jean pour leur ascueil ainsi qu'à l'équipe du sanctuaire !

Merci à Béatrice pour  sa présence et ses bons petits plats mitonnés à l'avance !

Merci à chacun pour sa joie et son enthousiasme !

 

 

Toutes les photos sont LA

Repost 0
Published by Paroisse de Savigné-l'Evêque
21 août 2016 7 21 /08 /août /2016 10:00

 

Eduquer, c'est faire grandir...

et c'est parfois douloureux, mais salutaire !
 

 

Frères et sœurs bien aimés, la période si attendue des vacances peut être parfois source de difficultés et d’agacement ! Dieu sait si nous aspirions à ce temps de repos, de rattrapage de sommeil, de lectures, de voyages et de visites. Et je n’oublie pas les retrouvailles familiales et amicales : les frères et sœurs que les obligations de travail éloignent de nous pendant l’année, les chers cousins et amis d’enfance que nous sommes tout heureux de retrouver. Sauf qu’il y a leurs enfants, qui ne sont pas élevés comme les nôtres, qui s’immiscent dans les conversations des adultes, pleurent à temps et à contretemps et surtout interrompent le sacro-saint moment de quiétude qu’est le café...

 

 

Alors peut-être avez-vous soupiré d’aise en entendant la deuxième lecture tirée de la Lettre aux Hébreux et qui répète l’enseignement du Livre des Proverbes. Ici le Seigneur Jésus-Christ Se fait l'interprète du Père qui aime Ses enfants. « Qui aime bien châtie bien » dit l'adage. Quand le Seigneur aime quelqu'un, Il lui donne de bonnes leçons; Il corrige tous ceux qu'Il reconnaît comme Ses fils. Spirituellement, c’est le sens des épreuves que nous rencontrons et qui nous obligent à sortir de nous-mêmes, à nous dépasser, à grandir, à progresser. Si vous êtes amis du Seigneur –mieux : si vous êtes Ses enfants bien-aimés– n’attendez pas une petite vie pépère, sans accroc ni obstacle. Bossuet disait dans un de ses célèbres sermons de funérailles : « Quand le Seigneur Jésus entre quelque part [et donc dans votre vie], Il vient toujours avec Sa Croix. » La vie chrétienne, vous le savez bien, n’est pas un long fleuve tranquille : maladies, vieillesse, accidents, échecs. Ce n’est pas parce que je suis ami du Seigneur que je serai épargné par les turpitudes de la vie. En revanche, être ami du Seigneur, c’est avant tout être accompagné dans les moments heureux mais aussi dans les difficultés. C’est avoir la certitude que nous ne sommes pas seuls, qu’Il est là à nos côtés, tout proche de nous. Vous vous souvenez que le jour de votre baptême, le Dieu trois fois saint est venu Se cacher en vous. C’est ce qui va se passer tout à l’heure pour deux petits enfants Liam et Loan dont les parents servent au 2ème RIMa. Oui, depuis notre baptême, Dieu est en nous. C’est vers Lui qu’il faut crier dans les difficultés. Et, concrètement, le Seigneur Se manifeste, Il est présent, à l’œuvre : dans les amis qui se tiennent à vos côtés, dans le petit coup de fil, le SMS ou la petite carte qui fait tant de bien. C’est Son Amour qui Se manifeste à travers ces manifestations d’amitié.

 

Ram'dam à 7h du matin...

 

Mais revenons aux neveux envahissants et aux enfants des amis qui braillent à 7h du matin alors que le programme était grasse mat’ pour tous… Nous sentons parfois, pour les moins patients d’entre nous, à ce moment-là des fessées qui nous poussent au creux de la main, non ? Que celui qui n’a jamais éprouvé ce sentiment d’impatience me jette la première pierre. En français, d’ailleurs, on ne dit pas « je le châtie », qui est la traduction que l’on trouve dans certaines versions de la Bible, mais « je lui donne une leçon », ce qui montre le sens éducatif du comportement des parents ou autres éducateurs. On voit bien d'ailleurs que les enfants insupportables, qui n'ont ni respect ni politesse pour les adultes ou leur entourage, n'ont reçu aucune éducation. Educereex-ducere– en latin signifie « conduire hors de », conduire de l’enfance à l’âge adulte, de l’égoïsme à l’altruisme, du moi je moi je au nous. Et pour cela, il faut parfois être recadré, remis dans le bon chemin… Quel est le fils auquel son père ne donne pas des leçons ? Bien sûr, par devoir et non par plaisir, on doit peiner ceux que l’on corrige : « Quand on vient de recevoir une leçon, on n'éprouve pas de la joie mais plutôt de la tristesse » constate l’auteur de la Lettre aux Hébreux. Mais plus tard, quand on s'est repris grâce à la leçon, celle-ci produit un fruit de paix et de justice.

 

Alors, puis-je vous demander de prier pour ceux qui ont autorité sur nous : les enfants pour les parents, grands-parents, professeurs, éducateurs - les adultes pour leur patron, chefs - et tous, pour les prêtres, les évêques, le Pape. En effet, les pasteurs, les prêtres et les évêques, doivent être de bons pères qui disent les choses pour reprendre et ainsi éduquer les brebis dont ils ont la charge –charge de leurs âmes, charge de leur salut éternel– ou qui viennent à eux. De nombreux jeunes, non catho ou loin de la foi, se rendent aux JMJ pour écouter avec passion l'enseignement de saint Jean-Paul II, de Benoît ou de François. Ils savent que ces hommes ne manient pas la langue de buis à une époque où tout est noyé, délavé, aseptisé. Les papes disent la vérité, chacun à sa façon, chacun avec son style, mais de façon directe et authentique ! Nous ne pouvons pas –par incompétence, infidélité ou lassitude– nous taire ou parler uniquement pour plaire, pour être aimés (et invités), pour être tranquilles -c'est le sacro-saint "ne pas faire des vagues". C’est un péché pour les pasteurs que de se taire sur l'essentiel, de tenir des propos spirituels vagues sans leçons ni morale. Le Seigneur Jésus enseigne tout au long de Sa vie publique, avec précision, avec sévérité parfois : « Beaucoup chercheront à entrer et n’y parviendront pas. » ou encore le maitre de maison qui répondra à ceux qui frappent à la porte : « Je ne sais pas d’où vous êtes. » Puissions-nous entrer en nous-mêmes et songer à cette réalité exigeante. Demandons la grâce de nous soumettre humblement à l’enseignement du Christ et de Son Eglise. Amen !

 

 

 

Repost 0
Published by Paroisse de Savigné-l'Evêque
21 août 2016 7 21 /08 /août /2016 07:55

 

Efforcez-vous de passer par la porte étroite !

 

 

"Beaucoup chercheront à entrer et n’y parviendront pas."

 

 

Les lectures liturgiques sont LA

 

Attention, au mois d'août, pas de Messe à Yvré-l'Evêque

Messe à 11h à Savigné-l'Evêque

Repost 0
Published by Paroisse de Savigné-l'Evêque
14 août 2016 7 14 /08 /août /2016 08:44

 

Je suis venu apporter le feu sur la terre...

 

 

...et comme je voudrais qu'il soit déjà allumé !

 

La Messe de 11h à Savigné a été célébrée par l'abbé Timothée Lambert,

merci de sa disponibilité au coeur de ce mois d'août, mois de Marie.

 

 

Repost 0
Published by Paroisse de Savigné-l'Evêque
7 août 2016 7 07 /08 /août /2016 12:21

 

Restez en tenue de service

 

 

"Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces,
pour lui ouvrir dès qu’il arrivera et frappera à la porte."

 

 

Quand "rester au service" ne sont pas de vains mots :

 

 
 

Un grand merci au Père Rochon,

 moine de l'abbaye Saint-Pierre de Solesmes,

qui est venu assuré la Messe de 11h à Savigné.

 

Un grand merci au paroissien dévoué

qui a servi de chauffeur au Père Rochon 

afin que la Messe soit célébrée dans notre paroisse...

 

Et merci aussi à Vincent, séminariste du diocèse de Rouen,

venu à l'occasion d'un mariage dans sa famille,

qui a servi la Messe. 

 

 

 

Repost 0
Published by Paroisse de Savigné-l'Evêque
31 juillet 2016 7 31 /07 /juillet /2016 18:00

 

Repost 0
Published by Paroisse de Savigné-l'Evêque
31 juillet 2016 7 31 /07 /juillet /2016 09:58

 

Prêtre, c'est donner sa vie d'un seul coup ou goutte à goutte

 

 

 

« Cette nuit même, on va te redemander ta vie. Et ce que tu auras accumulé, qui l’aura ? Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d’être riche en vue de Dieu. » Cette phrase incisive de Notre Seigneur et l’odieux attentat de mardi qui a coûté la vie de l’abbé Jacques Hamel, 86 ans, alors qu’il célébrait les saints mystères en l’église paroissiale de Saint-Etienne-du-Rouvray, me donne l’occasion d’aborder un sujet important qui va peut-être faire tache, en cette période d’insouciance et de repos que devrait être l’été. Il s'agit de l’altruisme jusqu’au don de soi, jusqu’à la mort. Car tous, un jour, nous aurons à nous arracher à ce bas-monde et à ses attraits pour contempler enfin Dieu qui dépasse tout ce que nous pouvons imaginer.

 

D'abord , un aspect terre-à-terre, pratique : la mort, on peut s'y préparer, envisager le face-à-face. Ce mois de juillet, malgré les camps scouts accaparants, j’ai eu l’occasion de donner presque dix fois le sacrement des malades. Ce sacrement, c’est la force de Dieu qui vient agir dans la faiblesse de l’homme, qui vient redonner l’espérance à celui qui doute, parce qu’il est atteint par la douleur et la perspective de sa fin, qui vient redonner force et courage au milieu des épreuves et des tentations, qui vient donner Dieu Lui-même à l’homme blessé qui ne peut rien de grand et de beau sans son Créateur. Ces paroissiens-là ont de la chance –c’est une grâce même, un cadeau du Ciel !– car c’est Dieu qui vient les rejoindre à l’hôpital, à la clinique, à la maison de retraite ou dans leur chambre aux volets clos pour conserver un peu de fraîcheur. C’est Dieu qui vient leur offrir Sa grâce et Sa force -et Dieu sait si c’est elles sont utiles pour ceux qui doivent vivre le grand passage…

 

Mais la mort vient aussi nous surprendre, nous happer à l’improviste. « Vous ne savez ni le jour ni l’heure » nous rappelle Jésus : ce prêtre âgé décapité alors qu’il célèbre la Messe du matin avec une poignée de fidèles nous le rappelle : « Vous ne savez ni le jour ni l’heure. »  Entre nous, la Messe doit être quelque chose de sacrément grand pour qu'on vienne y commettre une telle horreur… Et moi, mes frères, suis-je prêt à la grande rencontre avec mon divin Maître ? S’il venait me chercher à la sortie de la Messe ou –allez, grattons quelques heures de rab’– demain, serais-je dans les bonnes conditions pour me présenter devant mon Créateur ? Vous connaissez la belle devise des scouts : « Toujours prêts ! » Hé bien, suis-je prêt à mourir, à quitter ce bas-monde pour le Ciel, si beau, si pur ? En fait, ne suis-je pas trop attaché à toutes ces choses qui passent d’ici-bas ? Alors que de l’autre côté, c’est la joie éternelle qui m’attend, c’est la vie sans fin, c’est le bonheur indicible, bref Dieu en personne !

 

Le mort si cruelle de l’abbé Hamel est un témoignage extraordinaire. A 86 ans, il continuait à servir, malgré l’âge, malgré la fatigue, malgré le poids des ans. Tout prêtre sait, de tout son être, que ce qu’il donne ne dépend pas de lui et le dépasse. Ce qu’il donne, ce qu’il transmet, ce n’est pas le meilleur de lui-même, ce qui serait déjà magnifique. Non, non ! Ce qu’il offre par ses paroles et ses gestes, c’est le Ciel, c’est Dieu, c’est Sa grâce, Sa force. Alors le prêtre doit se donner jusqu’au bout parce que ce qu’il donne, il n’y a que le prêtre qui puisse le donner, même usé, même décrépi, même grabataire : un signe de croix tracé sur le pénitent avec les paroles de l’absolution et voici le pécheur qui retrouve une âme transparente comme au jour de son baptême, les paroles de la consécration prononcées sur un petit bout de pain tout blanc et voici le Corps du Christ, pain de vie, prêt à nous être donné.

 

 

Je voudrais rendre témoignage ce matin à un prêtre que vous ne connaissez pas mais qui vit concrètement ce don de soi. Il s’agir du chanoine Crétois à qui je vais succéder à Fresnay. 13 ans qu’il sert cette communauté, avec cœur ! Eh bien, quand on lui demande de partir pour servir ailleurs, le voici qui fait ses bagages. Car, pour lui, pas question de se mettre en retraite et de souffler ! Non, à bientôt 77 ans, il part se mettre au service du curé et de la communauté de La Ferté-Bernard. Il passe juste de 26 clochers… à 27, de 17.000 âmes à 21.000, d’un immense presbytère à un petit logement. Il aura aussi 70 kms à faire pour retrouver son frère à Conlie le dimanche soir –140 kms aller-retour pour prendre quelques heures de repos en famille… Chapeau bas ! Il montre au jeune prêtre que je suis ce que signifie « être riche en en vue de Dieu » : c’est tout donner. Le lâche assassinat de l’abbé Jacques Hamel nous rappelle que le martyre en haine de la foi existe encore aujourd’hui, chez nous en France –mais n’oublions pas que, tous les jours, en Syrie, en Irak, au Vietnam, en Chine, et ailleurs, des chrétiens, évêques, prêtres, religieuses et fidèles laïcs, sont arrêtés, persécutés, torturés en raison de leur attachement au Christ. Eh bien d’autres vivent « le martyre blanc », le fait de se donner non pas d’un seul coup, mais tous les jours un peu, goutte à goutte, sacrifice après sacrifice, renoncement après renoncement : ne pas thésauriser, ne rien garder pour appartenir plus entièrement au Christ et Le laisser disposer entièrement de nous et de notre personne. Alors, merci de prier pour vos prêtres, afin qu’ils soient toujours disponibles et prêts à réponde de l’espérance qui les habitent. Amen.

Repost 0
Published by Paroisse de Savigné-l'Evêque
31 juillet 2016 7 31 /07 /juillet /2016 06:04

 

Cette nuit même, on va te redemander ta vie...

 

 

 

« Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. »

« Tu es fou : cette nuit même, on va te redemander ta vie. Et ce que tu auras accumulé, qui l’aura ?»

 

Les textes liturgiques sont ICI

 

Messe à 9h30 à Yvré et 11h à Savigné

 

 

A la fin de la célébration de la Messe,

les cloches retententiront en l'honneur de l'abbé Jacques Hamel,

assassiné en raison de sa foi : cliquez ICI

Repost 0
Published by Paroisse de Savigné-l'Evêque
26 juillet 2016 2 26 /07 /juillet /2016 13:55

 

Un prêtre de 86 ans, fidèle au poste malgré son grand âge, l'abbé Jacques Hamel,

a été égorgé dans l'église où il célébrait la sainte Messe ;

un fidèle qui assistait au sacrifice de la Messe a été lui aussi égorgé :

son pronostic vital est engagé.

 

Ce lâche attentat contre des hommes de prières a été revendiqué par Daech.

 

L'abbé Jacques Hamel - 1930 + 2016

 

L'an dernier, lors de la Messe du 15 août,

les cloches de la paroisse ont retenti en l'honneur des chrétiens d'Orient persécutés.

 

Dimanche prochain, à l'issue de la célébration, elles sonneront à nouveau

pour l'abbé Jacques, victime de la barbarie islamiste : qu'il interdède pour nous !

 

Repost 0
Published by Paroisse de Savigné-l'Evêque